La LNH ou la Suède

Kevin Dubé

Dimanche, 06 Avril 2014, 20:58

Photo AFP

Après une autre bonne saison en Suède, Magnus Nygren estime qu’il est en mesure de jouer dans la LNH l’an prochain.

VIPVous êtes actuellement dans la zone VIP.

Coup d'oeil sur cet article

Après un passage raté avec les Bulldogs de Hamilton en début de saison, le défenseur suédois Magnus Nygren n’a aucune intention de revivre la même situation l’an prochain: ce sera la LNH ou la Suède. «Je ne suis pas intéressé à jouer dans la Ligue américaine de hockey. Je pense que je peux jouer dans un niveau plus élevé.

Après un passage raté avec les Bulldogs de Hamilton en début de saison, le défenseur suédois Magnus Nygren n’a aucune intention de revivre la même situation l’an prochain: ce sera la LNH ou la Suède.

«Je ne suis pas intéressé à jouer dans la Ligue américaine de hockey. Je pense que je peux jouer dans un niveau plus élevé. Ça peut paraître difficile à croire puisque je n’ai pas eu de réel succès à Hamilton. Je ne veux pas dire que je suis trop bon pour la LAH, je dis simplement que j’aspire à jouer dans la Ligue nationale de hockey, à Montréal», a-t-il reconnu lors d’un entretien avec Le Journal.

Nygren s’était présenté au camp du Canadien de Montréal avec des attentes assez élevées placées en lui. C’est que la saison précédente, l’arrière de 23 ans avait remporté le trophée Börje Salming remis au meilleur défenseur de la saison de la meilleure ligue suédoise, la SHL.

La direction du CH avait décidé de l’envoyer poursuivre son développement à Hamilton, où les choses ne s’étaient pas déroulées comme il l’aurait souhaité. Après 16 matchs, et huit points, il a décidé de retourner avec le Farjestad BK en Suède.

Les raisons de son départ étaient nébuleuses, mais il avait affirmé au quotidien Varmlands Folkblad quelque peu avant son départ que vivre à Hamilton n’était «pas une partie de plaisir, c’est triste.»

Malheureux

Lors de l’entretien avec Le Journal, Nygren est revenu sur les circonstances qui l’ont poussé à quitter Hamilton. «Ma première impression n’a pas été très bonne. Je n’étais pas heureux tant sur la patinoire qu’en dehors. C’était une grosse adaptation. Je ne peux pas expliquer exactement ce qui n’a pas fonctionné. J’avais une décision à prendre et j’ai décidé de revenir chez moi.»

« C’était difficile pour moi »

De son propre aveu, le Canadien n’a pas apprécié cette décision de prime abord. Toutefois, il estime avoir réussi à faire prévaloir son point de vue au directeur général Marc Bergevin.

«Je savais que je pouvais faire beaucoup mieux que ce que j’ai montré à l’organisation. Ce n’était pas moi. J’ai commencé à être frustré et je ne voulais pas passer l’année à Hamilton et être malheureux. C’était difficile pour moi puisque j’avais eu une très bonne saison l’année d’avant.»

Menu