L'assassinat de Kennedy: 50 ans après, des témoins racontent

AFP

Mercredi, 30 Octobre 2013, 10:17

Photo Archives AFP

VIPVous êtes actuellement dans la zone VIP.

DALLAS - «Il y a eu un bruit de pétard puis quelqu'un a crié "la tête du président a explosé!"» : un passant, des journalistes ou une infirmière ont vécu en direct l'assassinat de John F. Kennedy à Dallas, à 12H30 le 22 novembre 1963, qu'ils racontent à l'AFP.

James Tague, vendeur de voitures alors âgé de 27 ans, n'avait même pas prévu d'assister au cortège quand sa voiture s'est retrouvée coincée dans les embouteillages, près de Dealey Plaza et de Elm Street, au moment où passe la Lincoln présidentielle. Il a été légèrement blessé, par les projections d'une balle perdue.

«J'ai fait quelques pas, j'ai vu une voiture avec un drapeau et je me suis souvenu que Kennedy ce jour-là venait en ville. À ce moment-là, j'ai entendu comme le bruit d'un pétard. Puis, il y a eu une pause, puis deux coups de feu, et quelque chose m'a éraflé la joue droite. Un policier à moto s'était arrêté près de la pelouse, deux personnes lui parlaient. Je suis arrivé au moment où un homme sanglotait en disant "sa tête a explosé, sa tête a explosé". "La tête de qui?", a demandé le policier. "Celle du président"».

Pierce Allman, directeur des programmes de la radio WFAA, alors 29 ans, avait décidé d'assister au cortège, en curieux : «J'étais debout en face de l'immeuble du dépôt de livres. Le cortège arrive. Je crie "Bienvenue à Dallas, Monsieur le président!" Jackie était la plus proche de moi. Elle portait cette merveilleuse tenue rose, elle saluait de la main, JFK remontait sa mèche. La voiture prend le virage de Elm Street puis j'entends un boum, un son très fort, pas le son plat d'une arme à feu. Je pense à un pétard et puis boum, deuxième coup de feu. Kennedy fait comme s'il portait ses mains à son cou, Jackie se met à crier et là, troisième coup de feu. Kennedy fait un soubresaut sur le côté».

«Il n'y avait rien à faire»

Hugh Aynesworth, alors 32 ans, journaliste scientifique au Dallas Morning News, était ce jour-là très «contrarié» de ne pas couvrir le voyage présidentiel. Vers midi, il marche vers Dealey Plaza pour son plaisir car «on ne voit pas un président tous les jours. Il y avait foule, les gens étaient enthousiastes. Le cortège passe. Jackie était rayonnante, JFK saluait. Tout d'un coup, j'entends ce que je crois être une pétarade de moto, puis deux autres coups de feu, et là, je suis sûr que ce sont des coups de feu. Je vois des gens qui s'accrochent les uns aux autres, certains s'enfuient, d'autres se couchent par terre en couvrant leurs enfants. Ça hurle, ça pleure, c'est l'hystérie en quelques secondes. La voiture est déjà loin de moi».

Phyllis Hall, 28 ans à l'époque, infirmière en chirurgie de l'hôpital Parkland, se prépare à prendre sa pause déjeuner quand «la superviseur nous dit qu'il y a eu un accident dans le cortège présidentiel, et qu'il arrive. Les portes s'ouvrent tout de suite, c'est le chaos, il y a des cris. Arrive un brancard avec le gouverneur du Texas John Connally, gravement blessé, puis celui du président. Un homme portant une arme me dit "on a besoin de vous". Quand j'entre dans la salle numéro 1 des urgences, Mme Kennedy se tient au pied du brancard. À mon avis, le président était déjà mort, il était bleu-gris, avec des cernes bleu foncé autour de la bouche. Je cherche les signes vitaux, je n'en trouve aucun. Des médecins arrivent, font une trachéotomie, posent des tubes. Il n'y avait rien à faire. Un médecin plus tard, un neurochirurgien, soulève les cheveux, on voit qu'il manque des parties du cerveau, il y avait des morceaux sur Jackie, sur les Connally, sur le brancard».

Le patient «N°24740, Kennedy, John F.», enregistré à 12H38, est déclaré mort à 13H00.

Coup d'oeil sur cet article

«Il y a eu un bruit de pétard puis quelqu'un a crié "la tête du président a explosé!"» : un passant, des journalistes ou une infirmière ont vécu en direct l'assassinat de John F. Kennedy à Dallas, à 12H30 le 22 novembre 1963, qu'ils racontent à l'AFP.

Le Journal de Montréal

Cet article est réservé aux membres VIP

Le Journal de Montréal

Pour poursuivre la lecture

OFFRE SPÉCIALE

2,95$ / mois* (taxes incluses)

Abonnez-vous

* Certaines conditions s’appliquent

Vous êtes abonné à l’édition papier ou électronique?
Activez maintenant votre accès GRATUIT à la ZONE VIP!

Vous désirez en savoir plus sur les abonnements? Découvrez nos forfaits.

* Offre valide pour 6 mois, pour les nouveaux abonnés seulement. Par la suite le tarif passera à 6,95 $/mois. Aucun remboursement pour cette offre promotionnelle. Les taxes sont incluses dans ces tarifs. Les abonnés de l'édition papier et/ou de l'édition électronique profitent de tous les privilèges VIP gratuitement.

Menu